Xmilk “Scarcity”

Xmilk

Scarcity de Xmilk est peut-être l’un des disques les plus symboliques quand BCore BCore l´avais comparer à Dischord,lorsque le Hardcore posait ses fondations sur la scène nationale. Le hardcore a atterri assez récemment sur la péninsule (on pourrait dire que Jordi BCore aurait été le pionnier), et s´est répandu comme la peste surtout a Barcelone et Madrid.

Barcelone etant l’épicentre rayonnant, mais tout de même un peu envié par Madrid (différentes scènes et rivaux dans un sens amical), une scène solide avec un enregistrement qui simplement était synonyme de qualité.

Je dois admettre que je me suis intéressé a Xmilk suite à une compilation de BCore, il y a quelques années Vinyl Love Records et La agonia de vivir (Alfon), a réédité sous forme de disque, une édition limitée de 300 (100 blancs et 200 noirs), sans réfléchir j ai acheté le blanc mais maintenant je regrette d´avoir acheté le blanc car a ce qui paraît le blanc se détériore plus vite (ou tout au moins si je me souviens bien, c´est ce que j´ai lu).

Xmilk Scarcity

 

C´est un album que vous devez regarder en perspective, imagine toi en 1997 lorsque Internet était à ses débuts, il n’y avait pas Youtube ou Facebook, seulement Napster (si tu connais pas, Wikipedia peut t’aider) et les fanzines étaient publiés en papier.

Il faut pas oublier qu´a cette époque, les maquettes étaient enregistrés (pas comme maintenant tout le monde prend EP et 7 “) et d ailleurs elles n’étaient pas bon marché précisément, les vannes n’étaient pas à portée de main comme maintenant. Par manque de moyens, la créativité était à l´ordre du jour. Si on te disait que cet album avait été enregistré par un groupe de l’extrême ouest, tu ne douterais pas (et maintenant non plus), l’un des meilleurs albums de l’époque devenu un classique du hardcore.

Une guitare, une basse, une batterie et chanteur, sans trop en faire, mais super éfficace avec cette attitude d’aller au but sans superficialité. Il y a des gens qui trouvent en eux quelques touches de métal, moi, je trouve plutôt une influence claire d´old school, mais a chacun son opinion.

Disque rapide, avec des morceaux qui n’atteignent pas plus de deux minutes et demi; Si la chanson ne demande pas, pourquoi vas-tu l’allonger artificiellement? A part dans la chanson “the élément of séparation” ou la basse sonne un peu métallique (avec trop de luminosité) dans la partie finale, le reste est génial.

Un son sec avec tous les instruments au même niveau donne une sensation de proximité, où la basse et la batterie peuvent être appréciées sans problème. Dans ce genre, la base a un poids important et cela a été respecté. Malheureusement, plus tard, est arrivé ce que l’on appelle la guerre des volumes, où plus rien n´est apprécie et fini par détruire toute cette dynamique.

Et comme Bonustrack, deux chansons ont été interprétées par le groupe, celles de New Direction de Gorilla Biscuits et Rather be dead de the Refused, toute une déclaration d’intentions, un travail assez sympathique.

Certainement le disque d’un groupe, Xmilk, de courte trajectoire, avec des membres différents, qui je crois que sans intention est devenu un classique.

Il y a quelques années, ils se sont rassemblés pour la célébration du 15ème anniversaire de Bcore, et on en profiter pour rééditer tous leur disques. Je pense que depuis lors ils ont repris leur activité mais a un rythme assez lent.

Nous laissons les liens où vous pouvez en savoir plus sur Xmilk et acquérir leur matériel.